Adouk Boucan

Adouk Boucan, de son nom complet Adouk Chaaef Dimitriu Razid Boucan, est né en 1993 à Fes (Maroc). Fils unique d’une famille d’immigrés Visigoths spécialisés dans la fabrication de semelles en cuir à destination de la haute bourgeoisie Marocaine, Adouk intègre l’Ecole Spéciale de Musiquerie de Fes en 2003. Salué pour ses talents de composition, il est néanmoins moqué par ses camarades pour son impossibilité à exécuter devant la classe les pièces qu’il écrit. C’est au contact de son professeur Jihan Litovski, lors du troisième et dernier cycle d’Apprentissage de Musiquerie, qu’il se passionnera pour la MAO. Encouragé, il commence la production de démos expérimentales et profite d’un programme d’échange culturel international pour partir valider son diplôme à Nazarovo (Russie).
On perd alors sa trace durant plusieurs années : il semblerait que de 2009 à 2011 il n’ait jamais quitté la ville de Nazarovo, ne s’étant pas même rendu une fois à l’Ecole de Musiquerie locale, engloutissant les rentes de sa famille et multipliant les fréquentations douteuses.

Arrivé à Bordeaux début 2012, sans diplôme, il devient apprenti vétérinaire et découvre parallèlement la vie nocturne Bordelaise et les musiques électroniques populaires, de la drum’n’bass au dubstep en passant par l’electro-swing, le trip-hop et le dub.


Des relations pour le moins obscures nouées à Nazarovo lui permettent d’être mis en contact avec le mystérieux label Minou Mortem’s Music qui lui propose de sortir un premier album, Blanche, durant l’année 2013.

Publicités