BBH

BBH c’est 3 lettres, 1 artiste, 3 EP.
BBH raconte le monde tel qu’il le voit et tel qu’il le rêve.
BBH sort de nulle part et ne sait pas où il va, donc il est en vie.
BBH sème des indices, construit un monde de mots, de notes et d’images.
BBH dit des trucs, ça ne veut pas dire qu’il faut y croire.
BBH a probablement une démarche artistique.
BBH s’impose des règles pour avoir quelque chose à transgresser.
BBH est un sigle.
BBH est électronique sans être électro.
BBH tourne en boucles.
BBH a un secret, mais qui n’en a pas ?
Néosphère // 06 décembre 2014
Alex présente son projet BBH comme étant de la « chanson-électro ou le contraire ». Tout est dit. Un titre peut commencer par une superposition de strates rythmiques concassées pour ensuite servir de toile de fond à des textes poétique mi-parlé mi-chanté. C’est un peu comme si Etienne Daho ou Stephan Eicher faisaient leur début à l’ère digitale sur Warp.
Pop, Cultures & Cie // 29 novembre 2014
[…] L’écrin musical composé sur mesure pour ces miniatures rêveuses et bienveillantes est idéal : claviers et machines d’avant mais joyeux et clairs, emballés dans une spontanéité pop et une envie très actuelles, comme l’énergie de la création pour lutter contre la morosité et le pessimisme rampant. Des mélodies tout de suite attachantes, des mélodies qui donnent envie. De se lever, de se bouger, de dire « je t’aime » ou « allez viens, on y va, maintenant ».[…] Une modestie qui ne s’embarrasse pas de détails ou de faux-semblants, une énergie douce qui trace sa route. Vivement la suite.
A découvrir absolument // 05 novembre 2014
« BBH se rêve « ailleurs », sur la « terre promise », dans un « petit monde » proche du « mythe ». À l’image de sa musique, ni présente ni futuriste mais pas non plus nostalgique : claviers et boite à rythmes vintage, textes réalistes mais idéalisés, chant personnel donc touchant… On pense aux prémices de Matthieu Malon, à la nécessité du Dominique A de « La Fossette », au tout récent album de Fleuv […] »
Publicités